Desinvestissement Carbone

Les entreprises d’énergie fossiles ne se contentent pas de saboter les négociations destinées à fixer des objectifs politiques ambitieux de baisse des émissions. Elles animent aussi des campagnes de désinformation et publient des études « scientifiques » bidons dans le seul but d’alimenter le doute. En cultivant le doute pour paralyser l’action, elles ne cessent de retarder la prise en charge sérieuse du changement climatique.

Tant que leur influence économique et politique dominera, ces entreprises continueront d’entraîner l’humanité vers une hausse de la température de +4 degrés C, c’est-à-dire à la catastrophe.

 

Nous devons nous libérer des énergies fossiles. Pour changer de cap, la transition énergétique doit notamment être pensée, planifiée et organisée depuis le haut par des institutions publiques. Mais comme elles n’y arrivent pas encore, il revient aux instances politiques (Parlement fédéral, parlements cantonaux, villes) d’exercer une pression. Il faut mettre de toute urgence un couvercle sur la production d’énergies fossiles.

 

La campagne internationale de désinvestissement fossile a pour but de pousser les institutions qui gèrent l’épargne collective - banques, fonds de pension, entreprises dans lesquelles l’Etat détient une majorité d’actions - à retirer leur argent des entreprises d’énergie fossiles. Elle apporte un appui indispensable aux luttes qui, dans le monde, ont lieu contre l’extraction excessive d’hydrocarbures. Il est indispensable de soutenir le désinvestissement, car il envoie un signal, celui que l’ère de brûler ce que vous voulez quand vous voulez ne peut pas continuer.

C'est dans cette optique que je viens de déposer une interpellation et un postulat.